Inscrivez vous sur oKawan en quelques secondes à l'aide de votre compte Facebook.

Facebook Connect

C'est à 35 ans et après avoir réalisé tous mes rêves que je me demande si je vais pouvoir m'en contenter

c est a 35 ans et apres avoir realise tous mes reves que je me demande si je vais pouvoir m en contenter

Vendredi j'ai eu 35 ans . La même semaine j'ai réalisé que j'avais deux fois 17 ans. Un peu plus même. Et ça m'a fait vraiment bizarre. Disons plutôt: ça m'a rendue triste.

17 ans, c'est l'âge que j'idéalise. Celui que je considère comme mon plus bel âge. J'habitais encore dans le sud de la France à l'époque, mais je m'apprêtais à le quitter et cela me donnait des ailes. C'est l'année où j'ai passé le baccalauréat, les doigts dans le nez. L'année où je me régalais de tous les cours dans cette petite classe d'une quinzaine d'élèves. L'année où j'aimais la plupart de mes profs, qui me le rendaient bien. Où mes profs me conseillaient pour un avenir qu'ils pensaient prometteur. 17 ans c'est aussi l'âge du grand amour, du plaisir sensuel, interdit. L'année du théâtre enfin, j'aimais tellement m'exprimer sur ces planches. 17 ans c'est l'âge, le dernier moment, où j'ai cru que tout était possible pour moi. Le reste n'a été qu'une douce dégringolade vers l'absence de grandeur.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoignage@huffingtonpost.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

La plupart des personnes qui m'ont connue à cette époque auraient sans doute imaginé mieux. Mais quand j'y pense, c'est surtout moi-même que j'ai déçue. Je suis heureuse au quotidien, la plupart du temps, vraiment. Malheureuse cependant quand je pense à tous ces rêves passés. Parfois je pense que ce n'est qu'une nostalgie passagère, un peu idiote, une absence de réalisme qui me poursuit. Je me dis que j'ai énormément de chance et savoure ma petite vie. Parfois frustration et regrets se mélangent, et je me dis qu'il faudrait vraiment que quelque chose change.

Je me suis toujours dit qu'il fallait absolument – absolument – trouver un travail stable, rencontrer l'homme de ma vie, me marier et avoir des enfants avant 35 ans. J'imaginais une espèce de barrière se refermer définitivement sur moi après cet âge. J'adore d'ailleurs le titre du roman de Romain Gary sur ce thème: "Au-delà de cette limite votre ticket n'est plus valable". Je –Il- n'avais pas totalement tort finalement. En tout cas il me semblerait totalement incongru de tout recommencer maintenant. C'est sans doute ce qui rend cet anniversaire si spécial: cet âge là, ces objectifs en poche.

Avoir toutes ces choses que j'avais souhaitées plus ou moins consciemment –et avec bien peu d'originalité– est un immense bonheur, évidemment. Une chance dont j'ai conscience. C'est d'ailleurs pour ça que j'affirme si souvent que je préfère avoir trente ans que vingt. J'ai passé ma vingtaine à craindre ne jamais y arriver.

Vais-je devoir pour autant m'en contenter pour le reste de ma vie maintenant? Je rêve de Paris et sature de ma province allemande.

Faire ce bilan la veille de mon anniversaire m'a donné les larmes aux yeux d'abord. Un mélange de déception, d'amertume et de regrets. Je me suis dit que je n'aurais jamais dû renoncer: à la politique, à un métier passion, à mon pays. Que j'avais peut-être trop sacrifié à ma famille et ma tranquillité finalement. Et puis j'ai pris un peu de recul, j'ai laissé décanter mes émotions. J'en ai discuté avec Ulrich et quelques amis aussi.

Depuis le début de mon congé parental, depuis le mois de juillet donc, je n'ai presque plus aucun contact avec mon travail. La première fois, pour Pierre, j'appelais souvent mon équipe, mes collègues, mon directeur, j'étais passée les voir même plusieurs fois. Cette fois je leur ai proposé timidement dans un mail de nous voir – en espérant secrètement que leur emploi du temps ne leur permette pas. Je fais l'autruche, j'essaie d'oublier que je devrais y retourner. Je me dis que j'ai encore bien le temps, d'ici au mois d'octobre... Alors je crois bien avoir mis le doigt dessus: le problème vient de là. De ce travail, de cet environnement qui ne me stimule plus du tout intellectuellement. Malgré toute l'amitié que je porte à mes collègues, et le sentiment désagréable de les trahir en écrivant cela, je ne crois plus pouvoir continuer à m'épanouir parmi eux. Humainement, si, bien sûr. Mais j'ai besoin d'autre chose.

Avec Ulrich nous nous sommes arrêtés sur deux grandes idées pour le moment. Surtout, avant tout, un changement de poste. Mais aussi, éventuellement, un possible déménagement à Düsseldorf. Düsseldorf, une vraie grande ville, avec des trains et des avions directs pour la France, une communauté française. J'ai été soulagée que mon mari l'envisage.

Je sais déjà, je suis presque sûre en tout cas, que le jour où je retournerai à mon travail, la simplicité confortable de mon quotidien me séduira à nouveau. M'empêchera de m'échapper. Qui peut encore rêver de nos jours d'un travail bien payé, sûr, où on ne vous en demande pas trop, où on vous encense pour le peu que vous faites, où vos collègues sont aussi vos amis, où on vous permet de vivre votre vie de famille comme vous l'entendez?

Mais j'espère aussi réussir à ne pas retomber dans le piège. Ou alors juste temporairement. J'aimerais d'ailleurs profiter de mon congé parental pour refaire mon CV, le mettre en ligne. Et pourquoi pas demander un changement de poste dès mon retour?

J'ai mis 17 ans à construire la famille dont je rêvais. Il va peut-être falloir penser au reste maintenant.

Ce billet est également publié sur le blog Die Franzoesin .

Le HuffPost : Lire aussi:

• Je suis née en 1987, et en 30 ans, voici comment le monde a changé

• Ce qui ne tourne pas rond chez les trentenaires

• Pour suivre les dernières actualités sur Le HuffPost C'est La Vie , cliquez ici

• Deux fois par semaine, recevez la newsletter du HuffPost C'est La Vie

• Retrouvez-nous sur notre page Facebook

le Mercredi 14 Fevrier 2018 à 07h12 sur « Le Huffington Post »




Sur le même thème


le Mercredi 14 Fevrier 2018 à 06h23
reforme du baccalaureat quatre epreuves ecrites et un oral de maturite

Réforme du baccalauréat : quatre épreuves écrites et « un oral de maturité »

Ce bac nouvelle formule, qui concerne les bacs généraux et technologiques, sera présenté mercredi par le ministre Jean-Michel Blanquer.

Dernières mises à jour :

le Mercredi 14 Fevrier 2018 à 07h35
l argument du cri de la carotte a t il le moindre fondement scientifique

L’argument du «cri de la carotte» a-t-il le moindre fondement scientifique?

Pas besoin de chercher longtemps pour tomber dessus: le «cri de la carotte», c’est l’argument fétiche des omnivores fanatiques qui ne supportent pas que d’autres, végétariens, végétaliens ou vegans, ne fassent pas les mêmes choix alimentaires carnés qu’eux. Logique imparable: puisque les plantes(...)


le Mercredi 14 Fevrier 2018 à 07h56
l avocat de donald trump a verse 130 000 dollars de sa poche a une actrice porno

L’avocat de Donald Trump a versé 130 000 dollars de sa poche à une actrice porno

L’avocat personnel du président américain Donald Trump a déclaré mardi, dans un communiqué adressé au New York Times, qu’il avait versé 130 000 dollars (105 400 euros) de sa poche à une actrice de cinéma...

Dernières mises à jour :

le Mercredi 14 Fevrier 2018 à 07h25
exclusif affaire lactalis premiere plainte pour escroquerie

EXCLUSIF. Affaire Lactalis : première plainte pour escroquerie

C'est une premiere en France : l'avocat de parents d'un enfant ayant consomme du lait infantile contamine poursuit le geant laitier pour escroquerie.


le Mercredi 14 Fevrier 2018 à 08h09
les particules ultrafines la pollution cachee des vehicules diesel

Les particules ultrafines, la pollution cachée des véhicules diesel

Les hydrocarbures aromatiques polycycliques sont cancérogènes et se trouvent à la surface des particules ultrafines émises en grand nombre par les véhicules diesel. Contrairement aux NOx, ils ne sont pas surveillés.

le Mercredi 14 Fevrier 2018 à 06h23
henrik de danemark mari de la reine margrethe ii est mort

Henrik de Danemark, mari de la reine Margrethe II, est mort

Agé de 83 ans, l’aristocrate girondin souffrait de « démence », selon la maison royale. N’ayant jamais obtenu le titre de roi, il avait demandé à ne pas être enterré avec son épouse.